Après ma brève présentation des principales difficultés du français parlé rapidement, voici aujourd’hui un petit survol des caractéristiques grammaticales et phonétiques du français familier :
 
1. absence du NE de la négation. Exemple : Je (ne) veux pas.
 
2. disparition de la consonne L du pronom personnel « il ». Exemple : I(l) part quand ?
 
3. absence du pronom personnel des verbes impersonnels. Exemple : (Il) Faut y aller !
 
4. disparition de la voyelle U du pronom personnel « tu » . Exemple : T(u) as mangé ?
 
5. absence du QUE de la question « qu’est ce que » . Exemple : Qu’est-ce (que) tu fais ?
 
6. disparition de la voyelle I du pronom relatif « qui » . Exemple : Celui qu(i) est là-bas, il coûte combien ?
 
7. assourdissement du pronom personnel « je » . Exemple : (Je → J’ →) Ch’te connais !
 
8. disparition de la consonne L des groupes finaux . Exemple : C’est incroyab(le), ça !
 
9. disparition de la consonne R des groupes finaux . Exemple : Tu dois prend(re) ton bain !
 
10. disparition de la voyelle É de quelques mots. Exemple : M(ais) enfin !.
 
11. Aphérèses et apocopes (c’est-à-dire suppression du début ou de la fin des mots) Exemples : (At)tention!, Cet après-m(idi).
 
En écrivant ces articles, qui sont des résumés de ce que j’enseigne à mes étudiants, je souhaite vous aider à percevoir la prononciation du français parlé rapidement et du français familier. Certains articles à venir seront des présentations de phrases typiques en français rapide et/ou familier, à comparer avec leur équivalent en français « scolaire », et d’autres articles donneront des exemples concrets, sous la forme de vidéo d’extraits de films ou de chansons.
 
Le prochain article présente un extrait du début du film d’Eric Rohmer, L’ami de mon amie.
 
J’espère que la lecture de ces articles facilitera votre étude de la langue française parlée.